Google dit qu’il paie plus de 300 éditeurs de l’UE pour leur contenu


Google a signé des accords avec plus de 300 éditeurs de presse autour L’Autriche, France, Allemagne, Hongrie, IrlandeOui la Pays Basa annoncé le géant de la recherche. Google a également présenté son nouvel outil, qui permettrait de facturer davantage d’éditeurs européens. Cet outil offre quelque chose connu sous le nom de Aperçu étendu des nouvelles (ENP), et est accessible via recherche Google.

C’est le résultat de la directive européenne sur le droit d’auteur, qui deviendra bientôt loi nationale dans plusieurs pays de l’UE. Google reconnaît l’ambiguïté de la nouvelle directive dans son article de blog. “La loi crée également de nouveaux droits pour les éditeurs lorsque des aperçus plus longs de leur contenu sont utilisés en ligne, mais sans définir exactement ce qu’est un extrait court ou un aperçu plus long.”

“Malgré cette incertitude, nous avons annoncé l’année dernière que nous paierons les éditeurs d’actualités pour un contenu qui va au-delà des liens et de courts extraits, comme nous le faisons déjà dans des pays comme l’Allemagne”, a déclaré Google. L’accord ENP contiendra des informations sur “à quoi sert l’offre, comment s’inscrire”, etc. En attendant, les offres seront “basées sur des critères cohérents qui respectent la loi et les directives existantes en matière de droit d’auteur”.

Les éditeurs peuvent modifier leurs préférences à tout moment et auront un “contrôle total”, selon Google

Google assure aux éditeurs qu’ils auront un “contrôle total” sur la visibilité de leur contenu sur la recherche. De plus, ils peuvent également modifier leurs préférences à tout moment. La directive européenne sur le droit d’auteur stipule que les agrégateurs de nouvelles comme Google doivent payer les éditeurs pour le contenu et les extraits utilisés sur la recherche et d’autres sites. euronews rapporte qu’environ les deux tiers des entreprises enregistrées auprès de Google comprennent des éditeurs allemands populaires tels que Der Spiegel, Die Zeit et Frankfurter Allgemeine Zeitung.

L’année dernière, l’Autorité de la concurrence (Autorité de la concurrence) a infligé à Google une amende de 500 millions d’euros pour ne pas avoir négocié “de bonne foi” avec les éditeurs de presse pour utiliser leur contenu. Lorsque la France a commencé à mettre en œuvre la directive, la première réponse de Google a été de supprimer complètement les extraits d’actualités du pays.

Mais il n’a pas fallu longtemps à l’entreprise pour assouplir sa position, comme en témoigne le lancement de News Showcase. Ce service offre un accès gratuit à certains articles payants. Google a déclaré que News Showcase est actuellement partenaire de plus de 750 publications à travers l’Europe. Google est sous le contrôle des régulateurs européens depuis un certain temps maintenant. Vous ne pouvez donc plus vous permettre de polémiques.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.