Meta ne paie plus les éditeurs américains pour couvrir son contenu


Meta a informé les éditeurs américains qu’ils ne recevront pas d’argent pour leur contenu présenté sur l’onglet d’actualités de Facebook. La décision intervient après que le programme a été testé pendant près de trois ans.

Facebook a introduit le “News Tab” il y a quelques années, et l’objectif était de transformer ce réseau social en un centre d’agrégation de nouvelles pour les utilisateurs. Au début, Facebook, rebaptisé plus tard Meta, a commencé à payer les éditeurs américains pour mettre leurs actualités dans l’onglet News. Cependant, l’émission ne s’est pas déroulée comme prévu et Meta se retire maintenant de l’accord et a cessé de payer les éditeurs américains.

Selon le rapport de Axios, Meta a versé près de 105 millions de dollars aux éditeurs américains en trois ans. La société a également payé 90 millions de dollars pour des vidéos d’actualités. Les éditeurs américains géants ont pris une grande partie de cet argent. Par exemple, le Wall Street Journal a reçu 10 millions de dollars tandis que le New York Times a reçu 20 millions de dollars. CNN a également reçu 3 millions de dollars.

Une source a déclaré au Wall Street Journal que la diffusion d’informations payantes était une “expérience qui n’a finalement pas porté ses fruits”. Selon ce rapport, les règles qui obligent les grandes entreprises comme Meta à payer pour les informations les ont rendues réticentes à travailler avec les éditeurs.

Meta met fin à l’accord avec les éditeurs américains.

“Beaucoup de choses ont changé depuis que nous avons signé des accords il y a trois ans pour tester l’apport de liens d’actualités supplémentaires vers Facebook News aux États-Unis. La plupart des gens ne vont pas sur Facebook pour les actualités, et en tant qu’entreprise, cela n’a pas de sens d’investir aussi. dans des domaines qui ne correspondent pas aux préférences des utilisateurs », a déclaré à Axios un porte-parole non spécifié de Facebook.

Meta n’est pas la seule entreprise obligée de payer les éditeurs pour leurs actualités. Google paie également certains éditeurs nationaux et étrangers pour utiliser leur contenu. Bien sûr, la relation entre la Big Tech et les éditeurs n’a pas toujours été aussi paisible.

L’année dernière, Google a été condamné à une amende de 500 millions d’euros par l’Autorité de la concurrence pour ne pas avoir payé les éditeurs. Cela a amené Google à signer un contrat avec plus de 300 éditeurs à travers l’UE pour utiliser leurs actualités.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.